-Le récit que je fais de ma vie est tout autant explicatif que constitutif de celle-ci.

-Mon alter ego féminin qui vit en moi en permanence est en tous points semblable à moi. Sauf quand elle diffuse des photos d'elle toute nue. Là ça attire beaucoup plus de chacals.
En revanche elle n'est pas -comme j'ai pu le penser un temps- plus scandaleuse que moi. Le scandale, les injonctions, les polémiques, elle s'assoit dessus.


-L'autre jour j'ai lancé l'idée de partir vivre en Écosse à la retraite. Alors que je n'y avais jamais pensé avant. Depuis j'épluche les annonces immobilières dans les Highlands, et principalement sur Skye.

-Quand on voit la gueule de ma barbe, on pourrait penser que je me laisse aller. Mais quand on voit ma tête rigoureusement tondue tous les quatre jours, bah en fait non.

-Les quelques filles à gros seins que je suis sur Instagram (du verbe suivre... là il ne s'agit pas d'alter ego féminin, pas de confusion) sont soit des filles à papa, soit des putes. C'est pas possible, elles passent leur temps à boire des cocktails (probablement hors de prix) dans des bars de plage. Ce qui serait totalement inintéressant si elles n'avaient pas des gros seins, je suis d'accord.

-Je me demande combien de temps il faut pour me connaître sans me lire. Et même si c'est possible. Parce que la manière dont certaines personnes me parlent au boulot montre bien qu'elles ne me connaissent pas. C'en est même parfois très surprenant. "Hein? Mais, pourquoi tu me dis ça comme ça... Je suis François!".


-Ces jours-ci, je suis véritablement obsédé par le fish & chips. Mon rythme cardiaque s'accélère, j'enchaine les clics compulsifs sur photos et vidéos, je me lèche les babines, mais jamais je ne sors le pissou. Les prêtres catholiques devraient essayer.

DSC01954Regardez-moi comment cette petite morue s'est fait frire...