La Planche Qui Grince

23 mars 2017

Le foutage de gueule, c'est un échange

Dans la vie, on ne peut être amené à considérer que quelqu'un "se fout de notre gueule" que dans la mesure où -du fait d'un certain statut qu'on lui attribue pour une raison x ou y- on attend a priori quelque chose de cette personne, et que son attitude ne répond pas à ces attentes. Cela s'apparente quelque part au sentiment d'être trahi en constatant que la personne a précisément usé du dit statut pour essayer de nous manipuler. C'est là qu'on va se dire "putain, le mec se fout de ma gueule!". Mais autrement, si on n'attend rien de la personne, si on ne lui fait crédit d'aucune qualité supérieure aux nôtres et si on ne la voit que comme un autre individu lambda, et bien on n'a aucune raison d'être affecté outre mesure par cette attitude. Du moins, pas au point de ressentir un foutage de gueule.

Par exemple, et un bon, François Fillon! Là où beaucoup de gens ont l'impression que François Fillon se sert d'eux comme d'un paillasson pour essuyer ses pompes, personnellement je ne considère pas que François Fillon se fout de ma gueule. Et pourtant -entendons nous bien- je reconnais tout à fait qu'il raconte de la merde. Mais mon sentiment vis à vis de lui va être d'une autre nature. 1/ parce que je n'ai jamais rien attendu de lui, et 2/ parce que philosophiquement, intellectuellement et politiquement, je me considère supérieur à lui (et si ce n'était qu'à lui...) et que lui de son côté n'imagine même pas que quelqu'un comme moi puisse exister.
Donc quand j'entends François Fillon, moi j'entends une fillette. Une petite morveuse qui pleurniche parce qu'on lui fait une remarque et qu'on essaie de lui prendre son jouet (où il est le gros malabar qui disait qu'on n'imaginait pas le Général De Gaulle mis en examen hein? Où il est?!*). Je vois une personne qui choisit de s'exposer au plus haut point en briguant la présidence de la République, mais qui n'assume absolument pas d'être -de fait- l'objet de l'attention de milliers/millions de gens (moi, si j'avais eu mes 500 signatures, il aurait fallu que j'explique les photos de ma bite, et je ne me serais pas défaussé). Et je vois aussi quelqu'un de pas très malin pour ne même pas réussir à comprendre que son attitude est détestable. Et j'entend ici par "attitude" son entêtement et sa victimisation, bien plus que ce qu'on lui reproche d'un point de vue judiciaire. Puisque moi, bon, les questions d'argent (même public), je m'en fous plutôt pas mal (l'argent, ce n'est que de l'argent; ça ne ressent rien, et ça n'a pour valeur que ce qu'on veut bien lui donner... si vous voulez, un mec qui pioche dans les caisses publiques n'interfère pas avec ma liberté).
Là où -j'en suis sûr- Adolf Hitler et Marc Dutrou savaient qu'ils étaient des méchants criminelo-narcissiques et n'essayaient pas de passer pour de bons Samaritains, François Fillon lui croit encore que la France a besoin de lui. C'est fantastique.

En revanche, contre-exemple, si on se donne rendez-vous à 18h et que tu te pointes à 18h40 avec une excuse à la con, là, oui, je vais être blessé et ressentir du foutage de gueule. L'impact émotionnel que tu auras eu dans ma vie sera bien plus grand que la révélation par Edwy Plenel de l'existence d'une fondation destinée à favoriser la scolarisation de enfants Haïtiens ayant à sa tête Patrick Balkany (la trésorerie étant quant à elle confiée à Jérome Cahuzac).

Fillette killer* Face à Nicky Santoro, ce con de Fillon ferait moins le malin.

Posté par Dirty Louisa à 15:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 mars 2017

Si mon cul n'est certes pas sérieux, est-il pour autant du poulet?

Ce qui est sérieux ou ce qui ne l'est pas, j'ai bien du mal à le distinguer. Dans ma vie, rien n'est vraiment plus sérieux qu'autre chose. Le boulot, ça n'a pas à être sérieux en soi. Pas plus que les descentes en skate. Ou que faire des disques de rap musique. Ou encore que me raser les burnes. En revanche, qu'on injecte de la rigueur là-dedans, oui! Parce que si je ne suis pas rigoureux au boulot, je bosse mal (or -a priori- on me donne de l'argent pour que je travaille bien... même si bien sûr il y a des gens qui bossent mal et qui sont quand même payés). Et si je ne suis rigoureux dans une descente en skate, je m'éclate la tronche sur le macadam. Et si je ne suis pas rigoureux en faisant un disque, bah... ça ne fait pas de bonnes chansons agréables à écouter. Et sans rigueur dans le rasage de burnes, n'en parlons pas, c'est la peau plissée coincée entre les lames de la tondeuse accompagnée d'une douleur intense! Mais cette rigueur dans l'action ne fait en rien de tout ça des choses sérieuses par nature.

Les mecs qui disent "la politique, c'est sérieux" (du genre François Fillon), sous-entendant que faire des blagues sur le sujet, ce n'est pas très raisonnable, et bien je ne vois absolument pas de quoi ils parlent! Et pour tout vous dire, instinctivement j'aurais même tendance à les inviter à aller sucer des ours.
Déjà, définis moi ce qu'est pour toi la "politique". Parce que comme je le dis toujours, en ce qui me concerne, à défaut d'être sérieux tout ce que je fais est bel et bien politique, oui. La politique, c'est une dynamique, une vision, un souffle, un mouvement dans tous les compartiments de la vie, et l'ambition d'explorer ce qu'il est possible de faire en tant que qu'humain (et assimilés) pour générer une certaine harmonie -ou au contraire de l'instabilité- autour de soi (dans son environnement vivant, ou moins vivant). Mais encore une fois, pourquoi ce serait "sérieux", ou "grave"? Franchement, le sérieux, ce n'est que de la posture à deux balles adoptée par certains pour inciter les autres à penser que les solutions à leurs problèmes doivent être trouvées par les spécialistes en solutions que ces individus sérieux en question se proposent d'être. C'est intellectuellement lamentable, il n'y a pas une once de réflexion philosophique derrière.


Alors là, évidemment, je joue au mec naïf. Par "sérieux", les gens entendent bien entendu "question de vie ou de mort avant tout pour eux-mêmes, ou pour le groupe d'individus auquel ils se disent appartenir". Pour certains ce sera "les buralistes", pour d'autres ce sera "les retraités", pour d'autres encore "la France". Et donc là, faut pas rigoler. Les enjeux sont trop importants, et les migrants -à nos portes- bien trop nombreux.
Alors que quoi qu'il arrive on va tous mourir un jour putain! C'est pas le moment d'être sérieux. C'est le moment de faire des blagues, idéalement tout nus entre ami(e)s, en buvant de l'alcool et en regardant des grands noirs en shorts jouer au basket. Et de finir par copuler en imitant les cris des animaux de la forêt, tout à fait, pourquoi pas! Mais rigoureusement. Avec méthode -tu fais le loup, je fais le marcassin- et bienveillance (oui, je n'en ai pas parlé, mais tout ce que je viens de dire n'a de sens et de réalité que dans la bienveillance). Voilà où elle est l'urgence! Je t'en foutrais du "devoir de citoyen" et du "pacte de responsabilité" moi...

marcassin cripto-nihilisteBref, encore un bien beau discours anarcho-cynique crypto-nihiliste. Et je m'en félicite.

Posté par Dirty Louisa à 15:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 mars 2017

L'allégorie de la cabane

-Des gens qui choisissent d'être pédophiles, il n'est pas dit que ça existe. Pourtant, tout le monde s'accorde à dire que ce sont des gens très très méchants dont il faut tenter de se débarrasser d'une manière ou d'une autre (bon... sauf dans l'Eglise Catholique, où une simple "relocalisation" suffira) même si dans le fond, les pédophiles ne sont pas vraiment responsables de leur état (le kidnapping et la séquestration sont un autre volet du problème, que je n'aborderai pas ici parce que là je n'ai pas d'arguments pour défendre ma démonstration).
Alors que des gens "religieux" qui font chier le monde, eux ils ont choisi d'être religieux. Je veux dire, une fois adultes, personne ne les oblige à être religieux et à faire chier le monde (il y a bien entendu des gens qui essaient de les obliger, but come on, grow a pair and be someone!). Non, à ce moment là, casser les couilles est vraiment une volonté de leur part. Et pourtant, hop hop hop, il faut respecter et ne pas juger. C'est la foi, c'est la culture, c'est la tradition... you name it.
Bref, ça n'a aucun sens. Et bien sûr, personne n'en parle à part moi.

-Le fourgon aménagé, c'est la version mobile, à 23 900 euros, et dans laquelle tu bois du whisky, de la cabane que tu fais avec trois chaises, un drap et deux coussins quand t'es enfant. Je suis formel, j'y ressens exactement les mêmes choses qu'il y a 30-35 ans.
Et quand je pense que mes parents ne m'ont jamais proposé un seul whisky lorsque j'en faisais une... Alors que me connaissant, évidemment je me serais montré raisonnable!


-Cela fait maintenant pas mal de temps que je n'ai pas vécu ce moment magique tragique où je comprends que la fille qui me plaît depuis quelques minutes/heures/jours (selon les circonstances de la rencontre) est mariée ou en couple. Ça me manque. A force, je commençais justement à me sentir à l'aise.

-C'est généralement en sortant de son environnement habituel qu'on mesure à sa juste valeur ce dont on y dispose, c'est bien connu. Ainsi, c'est lorsque je suis amené à boire l'apéro en dehors de ma famille (ou du moins, en dehors de chez moi et avec personne d'autre de ma famille que moi parmi les convives) que je m'aperçois du degré de sophistication que nous autres avons atteint dans le domaine. Mise en scène, qualité des produits, quantité, storytelling... We're unfuckwithable.
Et je ne vous parle pas de la décoration du salon.

whisky cabane

Posté par Dirty Louisa à 15:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 mars 2017

Kill yourself!

Ai-je envie de me battre "à égalité" contre des neuneus qui s'apprêtent à voter FN en allant moi-même voter pour quelqu'un d'autre? Non. Je ne me bats pas "à égalité" contre ces gens. Je suis plus intelligent. Beaucoup plus intelligent. Je ne suis même pas vraiment de la même espèce. Et je ne considère ainsi pas que ma voix -au travers d'une urne- puisse avoir la même valeur que celle d'un neuneu. Et donc, je ne vote(rai) pas.
Ce n'est pas très démocratique. Ça tombe bien, la démocratie, je suis contre. Je n'attends rien de personne. Et je ne délègue rien (à part l'aménagement de mon fourgon).

Ainsi -à vrai dire- les candidats, je m'en fous. Le "système", je m'en fous aussi. Si tu as vraiment un problème avec le système, tu vas vivre dans les bois. Sinon, tu assumes tes choix. Dont celui de rester dans le système, parce que quelque part tu veux continuer de profiter du confort qu'il procure (think about that... tu l'aimes ce canapé, ce chauffage et cette connexion internet hein...? Plutôt que d'avoir à aller chasser, cueillir, piller des villages et violer des paysannes). Et tu assumes aussi le fait d'avoir engendré d'autres individus n'ayant pas demandé à être là, par exemple. That's quite a big thing.
De toute façon, tant que ta vie n'est pas aux mains d'un réseau mafieux albanais, à mes yeux, tu es responsable de tout. Donc voter FN pour "protester", parce que tu te sens "oublié", par "renverser la table"... Please. You're just a racist whiny little bitch belliqueuse qui cherche par tous les moyens à blâmer les autres pour l'insatisfaction que tu éprouves vis à vis de ta vie.
Et si ton mode d'expréssion est le vote, ce n'est certainement pas le mien. Et même pour toi, ce n'est pas non-plus le bon. Tu es triste? Va donc te pendre, et cesse de nous casser les couilles.

alternative voteVous allez me dire, et les capitalistes financiers, on en fait quoi? Et les religieux? Ok, you're right... Allez, tabouret pour tout le monde. Ça créera des emplois dans la filière bois.

Posté par Dirty Louisa à 16:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 février 2017

Révolution à la carte

Lorsque je clame mon opposition à la démocratie, à la prison, aux sketchs en caméras cachées, aux chattes rasées, aux macarons et aux relations sexuelles à but reproductif, je sais que certains se disent que je fais ça pour faire mon malin et pour jouer au rebelle absolu, dupe de rien, et totalement hors système.
Mais en fait, pas du tout (même si -oui- je suis hors normes, évidemment). Parce que dans le même temps j'adore aussi des trucs super mainstream, et je ne m'en cache pas.

Par exemple, le Tour de France. J'adore le Tour de France (et le cyclisme à la télé en général). Je regarde toutes les étapes. Même les toutes pourries où c'est un grand allemand à la mâchoire carrée qui gagne au sprint à la fin, après que le peloton ait rattrapé l'échappé français (certes combatif) et son acolyte espagnol à 1,5 km de la ligne.
Ou "Happy" de Pharrell Williams. Bah oui, c'est une super chanson que j'adorerais avoir fait moi-même (c'est comme ça que je juge une chanson), et que j'avais qualifié de smash-hit juste avant qu'elle explose complètement.
Ou Omar Sy. C'est la personnalité préférée des Français. Et effectivement, c'est un mec qui m'est très sympathique à moi aussi.
Ou Barack Obama. I've been on Barack's dick like many people. J'avais même acheté un tee-shirt à Washington en 2008 avant son élection.
Ou Steph Curry, dont le jersey est le plus vendu depuis environ deux ans; et que j'ai moi-même acheté l'an dernier.
Ou les filles toutes nues. Mon pissou devient tout dur à la vue d'une fille toute nue, comme c'est le cas chez la plupart des mecs.

Bref, comme on dit chez les gens ayant choisi d'abandonner leur libre-arbitre en associant leur vie à une religion qui -mal "interprétée"- peut provoquer la mort de milliers de gens, pas d'amalgames!

André GreipelEt pour plus de cyclisme sur France Télévision, supprimons les allocations familiales.

Posté par Dirty Louisa à 17:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]


30 janvier 2017

Major problems, basic solutions

Top 3 des vraies raisons pour lesquelles les gens ne sont pas contents, et qu'ils ignorent allègrement en rejetant la responsabilité sur ce qui ressemble à des "élites" ou à des étrangers:

1/ l'instinct de reproduction, et par suite le bien trop grand nombres d'humains sur la planète

2/ le fait d'être -à leur connaissance- la forme de vie ayant l'intelligence la plus développée, et malgré tout de ne pas être capable de régler tous les problèmes

3/ le fait de s'occuper de ce qui ne les regarde pas, et de construire ainsi des jalousies

Top 3 des manières de remédier à cela:

1/ ne pas se reproduire, à moins d'avoir un vrai plan pour faire de sa progéniture un super-humain (de type Stephen Curry)

2/ penser à l'univers et à l'espace-temps

3/ bien se dire que quoi que les autres aient (de plus que nous) ou fassent (de mieux que nous), cela ne change rien à l'individu que l'on est

Et -hop- voilà: paix et harmonie sur Terre.
Ne me remerciez pas, je suis là pour ça.

Curry familyBon, évidemment, après avoir fait un Stephen Curry, t'as le droit à du bonus. Et puis des fois, comme dans ma famille, le super-humain n'arrive qu'en deuxième.

 

Posté par Dirty Louisa à 16:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 janvier 2017

It gets no humbler than this

Convaincu d'être plus éclairé que 99.9% des Humains ayant déjà foulé le sol de la Terre, je suis au moins également convaincu de n'avoir aucune importance.

Humble in the jungle

Posté par Dirty Louisa à 18:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 janvier 2017

Intellectual relativity

Je ne suis pas là pour perpétuer quoi que ce soit.
Je n'ai rien à transmettre, et rien à préserver.
C'est pourquoi ma proposition politique (et vous le savez déjà peut-être, pour moi tout dans la vie est politique) est irréaliste et absurde. Mais cependant importante; rien que du fait de son existence, et du fait de naître d'un esprit (crypto)humain.

La raison de cela doit certainement être recherchée du côté de mon historique en matière de relations "intimes" avec les femmes. I mean, si personne n'a jamais pensé que partager sa vie avec moi pouvait avoir un sens, j'en conclue que je ne suis pas censé avoir moi-même un sens non-plus (un sens dans son acception retenue dans l'Histoire des Hommes). Ce qui -de fait- élargit fortement l'espace dans lequel peut se développer ma pensée. Je suis là, et personne n'attend rien de moi. Il faudrait donc être con pour essayer désespérément de répondre à des attentes qui n'existent pas!
Je traverse l'espace-temps avoisinant, j'y aime des choses et des gens, j'en aime moins d'autres, mais en aucun cas je ne m'inquiète de ce que je dois construire, et de ce que les autres de leur côté peuvent être eux-mêmes amenés à construire (ou à détruire, le cas échéant).

Ça peut ressembler à de l'égoisme. C'en est d'ailleurs peut-être vraiment, who knows. Mais mon monde n'est fait que d'individus disposant chacun de la même liberté pour être ce que bon leur semble, ce qui est souvent loin d'être le cas du monde que proposent les sociétés humaines. Et puis, on s'en fout en fait, puisque je viens de démontrer pourquoi j'étais comme j'étais. Come on.

Brain spaceOn me signale que le cerveau de Manuel Valls vient d'imploser à la lecture de ce post.

Posté par Dirty Louisa à 23:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 janvier 2017

All-out manipulation

On m'avait vanté les mérites d'un matelas neuf pour "bien dormir". C'est une escroquerie. Ma première nuit sur mon nouveau matelas n'a en rien été différente des autres nuits: mêmes réveils innombrables, mêmes rêves de vol, même érection encombrante. Encore un coup de l'industrie du matelas pour pousser les gens à consommer.

Discours d'ailleurs très similaire à celui de l'industrie pharmaceutique, qui essaie de faire croire que les médicaments sont utiles pour guérir d'une maladie.

Ou celui de l'industrie du casque de vélo pour enfant, qui -à force de lobbying acharné- a même réussi à le rendre obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans!

Ou celui de l'industrie du préservatif, qui insiste sans relâche sur le fait que celui-ci est le meilleur moyen de se protéger contre le SIDA, alors qu'il est évident que c'est l'abstinence qui est le seul barrage contre cette punition divine. Est-ce que Dieu rêve de me punir pour ne pas croire en lui? Oui. Est-ce que j'ai le SIDA? Non. CQFD.

Ou celui de l'industrie de la mousse à raser, qui veut transformer le visage des hommes en tronches de pets, et le sexe des femmes en sexe de jeunes filles prépubères, rien que pour vendre son produit.

Ou celui de l'industrie du GPS, qui a fabriqué une génération de fiottes incapables de trouver son chemin, dans un mépris total de la mémoire du Petit Poucet.

Ou celui de l'industrie de l'isolation des habitations, qui a dit que pour faire des économies d'énergie il fallait isoler à fond. Alors qu'en fait il suffit juste de moins chauffer et de plus se couvrir. Mais ça, ça voulait dire relancer l'industrie du pull en laine, et donc celle du mouton. Or -on le sait bien- les relations ont toujours été conflictuelles entre les entrepreneurs de l'isolation et les moutons.

Ou celui des hommes et femmes politiques, qui disent que voter (pour eux) est important pour exprimer son point de vue sur la vie et la politique (en donnant à tout ça un nom qui est censé impressionner: la démocratie).

Out of this worldDégoûtés par ces méthodes de crapules, la plupart des moutons vivent repliés en Écosse, où je me rends moi-même régulièrement afin de m'entretenir avec eux sur l'état du monde (autour de quelques scotch whiskies... oui, parce que en revanche dans l'industrie du whisky, il n'y a que des gentlemen).

Posté par Dirty Louisa à 16:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 décembre 2016

Shout out

Parce qu'à part chez les fans de Céline Dion, tout le monde n'a pas la chance d'avoir un être vivant préféré, et que pour d'autres c'est juste compliqué de désigner ainsi quelqu'un de "préféré" sans ressentir une certaine pression et/ou une certaine culpabilité (cf. "Le Choix de Sophie"... mais même sans la proximité de nazis, il y a des situations délicates), je profite d'être à la fois totalement libre et absolument certain de moi pour dédier ce post à mon être vivant préféré: V*****e. MERCI à elle.

ValNon, vous n'en saurez pas plus. Ça va déjà bien au-delà de ce que j'ai pu révèler sur son identité jusque là.

ps: mais -quand même- imaginez un peu la personne qu'il faut être et le degré de sophistication humaine qu'il faut atteindre pour être ma personne préférée à moi, François CANN, être le plus extraordinaire que je connaisse personnellement!

Posté par Dirty Louisa à 15:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]