La Planche Qui Grince

09 décembre 2017

Craquage intellectuel

Johnny charlieUne fois n'est pas coutume, la photo aujourd'hui n'est pas une illustration ayant un vague lien avec le sujet, mais le sujet lui-même.

Cette mise en parallèle de Johnny soutenant Charlie Hebdo avec un supposé dessin de Charlie Hebdo illustrant sa mort a -semble t-il- fait hurler plein de gens.

D'abord les faits: la photo de Johnny date de début 2015, c'est une vraie. Le dessin lui, est vrai aussi, mais c'est un vieux dessin n'ayant pas été publié. Il n'est donc pas lié à la mort de Johnny de cette semaine.


Ensuite, la philosophie: quand bien même le dessin aurait été publié cette semaine, faut être complètement con pour s'en offusquer dans la mesure où le principal intéressé a lui-même affiché "Je suis Charlie". "Je suis Charlie", ça veut dire "allons-y on peut bourriner quelque soit le sujet, on s'en bat les couilles, à la fin on va tous mourir". En substance. Tout le monde (et peut-être Johnny, on sait pas) ne l'a pas compris comme ça, mais pourtant c'est ça.
C'est comme si lors de mes funérailles à moi des gens trouvaient irrespectueux qu'on balance mon corps -nu- directement dans une benne au Spernot...

Bref, euh... On est là encore sur une dynamique d'utilisation erronée du cerveau.

Posté par Dirty Louisa à 17:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 novembre 2017

Keep it 100 (-100)

Il ne faut jamais oublier qu'en matière de choix et d'implication personnelle profonde et volontaire, moi -François Cann- qui me félicite de ne pas participer à la surpopulation mondiale en n'ayant pas d'enfant(s), c'est comme Bobby La Brindille -raton laveur de l'Alberta- qui se félicite de ne pas contribuer à la prolifération des armes nucléaires. Ou encore tous ces nains (parfois agressifs) qui paradent et crient haut et fort qu'ils n'ont jamais commis la moindre faute lors d'un match NBA. Ou enfin Dieu qui affirme qu'il ne lui a fallu que six jours pour créer le monde (alors que tout porte à croire qu'il aurait déjà au moins fallu embaucher des portugais au black pour finir le job le 7ème jour...).

Bobby La BrindilleLe mec est à fond. Je suis sûr il fait des tee-shirts avec des slogans dessus.

 

Posté par Dirty Louisa à 11:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 novembre 2017

The power of the P.I.S.S.O.U.

Je ne sais pas si il y a beaucoup de filles qui se disent en croisant un mec "lui, je ne le connais pas, mais il a l'air d'être sacrément bien gaulé ce petit salaud et je me le taperais bien là tout de suite maintenant séance tenante". Juste le penser hein. Avoir l'idée qui traverse l'esprit. Alors qu'on fait ses courses, alors qu'on promène son enfant, alors qu'on va distribuer un colis... Il y en a certainement, mais ce ne sont pas les plus nombreuses.
En revanche, tous les mecs se le sont dit en croisant des filles. TOUS. Plusieurs dizaines de fois. Plusieurs centaines. Tous les jours? Who knows?!

Or je pense que cela (la pulsion de rapport sexuel au pied levé avec un(e) inconnu(e)) n'a rien de culturel. C'est strictement animal. C'est la faute du pissou. Donc vouloir lutter contre les comportements masculins sexuellement agressifs vis à vis de filles n'ayant rien demandé à personne en se penchant sur l'aspect culturel et éducatif de la question, c'est bien évidemment nécessaire (et c'est un tâche immense... les bourrins, c'est pas ce qu'il y a de plus facile à éduquer... pour peu qu'en plus il y ait chez eux un fond d'idéologie religieuse), mais je crois que ça ne réduira jamais à néant le problème. Parce que chez certains individus de sexe masculin, la pulsion l'emportera sur tout. Qu'ils soient en position de pouvoir, ou pas, d'ailleurs. Et ce n'est certainement pas inutile de le rappeler ces temps-ci. Même si, bon, en fait ce que je raconte a une portée très restreinte, je sais.

Et donc souvenez-vous, le plus grand gentleman que vous puissiez connaître, lui aussi à un moment ou un autre sa bite lui a soufflé à l'oreille "eh mec, t'as vu ce que j'ai vu! Vas y, fais pas l'enfant! Ah, si j'étais toi... T'es vraiment qu'une fiotte" (oui, certaines bites ont en plus un fond homophobe). Et se faire insulter par sa bite, c'est pas tous les jours facile non-plus!

DSC00346Bon, moi c'est encore différent. On n'est jamais à l'abri d'un Behehe! mal interprété... You know the story.

Posté par Dirty Louisa à 17:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 novembre 2017

Vivons heureux en attendant la mort

J'atteins ces jours-ci un pic de sérénité.

1/ Parce que je n'ai plus la moindre impression qu'une réelle incompréhension circule dans les esprits à mon sujet. Soit les gens me comprennent (et n'ont même pas à être d'accord... même si bien entendu "si je le dis, c'est que c'est vrai"), soit ils s'en foutent. And that's ok with me.
2/ Parce que la personne que j'aime le plus m'aime elle aussi beaucoup. J'aurais peut-être pu mettre ça en premier...
3/ Parce que le slogan "La vie est plus belle quand on n'en attend rien" que j'ai inventé il y a deux jours me semble être une splendide trouvaille. Qui est surtout dans la forme plus simple que se définir en tant que "libertaire anarcho-cynique cryptonihiliste du Stifellou (canal historique)". Bref, ça va encore finir sur un tee-shirt.
4/ Parce que ce soir c'est whisky-tartiflette.

Seul ombre au tableau: après 16 matchs de saison régulière, un pourcentage aux tirs à trois points de Steph Curry trop faible à mon goût. Et -je le sais très bien- au sien aussi. Du bombardement à 12 mètres à 50% de réussite avec trois défenseurs sur le dos, c'est ça que je veux moi!

steph stats 22 11 2017Quid de "la misère du monde" vous me demandez? J'ai une réponse: trop d'humains.

Posté par Dirty Louisa à 17:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 novembre 2017

Stick to the plan

A l'instar du jour de 1988 où j'ai perdu mon doudou (et qui m'a conduit à arrêter définitivement le doudou... bien qu'ayant retrouvé le dit-doudou peu de temps après) ou de celui de 2016 où -au bout de plus de 25 ans de consommation- je n'ai plus eu de Super Poulain (et qui m'a fait passer au lait chaud sans rien dedans... alors qu'on trouve évidemment du Super Poulain très facilement dans les supermarchés), à l'instar de ces deux événements cruciaux dans mon existence -donc- la logique aurait voulu que le jour de (rentrer ici une ou plusieurs années au hasard entre 1989 et 2017) où j'ai été attiré par une femme pas libre m’amène à me tourner vers les hommes, ou les animaux, ou les femmes libres même pourquoi pas! Mais non.

stick to the planQuoi?! Il y aurait des "signes"?!! Tss, encore une invention de journalistes.



Posté par Dirty Louisa à 18:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 octobre 2017

Self trapped

Te trouver en position (socio-politique) de croire qu'il est nécessaire de préciser que tes propos n'engagent que toi, c'est comme -à l'inverse- te sentir obligé de te désolidariser d'un groupe ou d'un courant quelconque: c'est la lose intellectuelle totale. C'est la preuve que t'as perdu ton indépendance depuis un moment. Et le pire, c'est que généralement c'est de ta faute. Fucking loser!

loser

Posté par Dirty Louisa à 17:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 septembre 2017

What you see is what you get

"Islam" qui veut dire "soumission" en arabe (je viens de l'apprendre... c'est magique), c'est comme les titres à base de "anal lovers" et autres "blowjob fever" pour les films porno: a priori tu te dis "ok, ça joue carte sur table".
Et, effectivement, dans le porno tu ne trouves personne pour te dire "ouais, mais non, en fait c'est un cheminement personnel, c'est une élévation spirituelle, c'est pas du tout la caricature qu'on en fait...".

Posté par Dirty Louisa à 18:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 août 2017

Révisions de rentrée: LPQG edition

1- La religion, c'est pas du tout une bonne idée: un corpus d'idées pré-établies qui ont pour but d'encadrer la vie des uns et des autres en réduisant au minimum leur libre-arbitre, ce n'est même pas la peine d'envisager qu'il puisse en sortir quelque chose de bien. Il s'agit donc bien de dénoncer ses méfaits de façon systématique, sans distinction de couleur de peau ou de niveau de richesse des individus y étant affiliés.

2- A moins qu'ils soient prêts à renoncer à leur statut d'être vivant suprême sur la Terre au profit des lombrics, les humains doivent être tenus pour responsables -tant collectivement qu'INDIVIDUELLEMENT- de ce qui leur arrive. Sauf irruption de Daesh à un repas de la famille CANN.

3- L'anonymat, ça sert à rien. Si je ne sais pas qui tu es, je me fous de ce que tu penses.

4- La prison en tant que punition, ça sert à rien non-plus. On emprisonne si il y a danger pour les autres. Sinon, travaux d'entretien de la voirie et humiliations publiques feront largement l'affaire pour ramener les délinquants dans le droit chemin.

Jerome cahuzacDans mon monde, Jérome Cahuzac aurait certaiment réfléchi à deux fois avant de truander si il avait su où ça pouvait le mener. #dissuasion

5- Ce que tu crois que les autres attendent de toi, ça n'existe justement que si tu y crois toi-même. Sauf dans les pays sous loi islamique (voir point 1). Les "injonctions" supposément émises par la société relèvent à 90% de l'escroquerie intellectuelle de la part de ceux qui se disent en être victime.

6- En parlant de "victime", le cheminement allant de "implication involontaire dans un accident/incident" à "demande de reconnaissance du statut de victime par les autorités administratives et politiques" à "attente d'indemnisation financière, par principe" est une démarche pour laquelle mon cerveau ne doit tout simplement pas être adapté. Je comprends mieux la théorie de la relativité.


7- En ce début de XXIème siècle, les Humains ne vivent pas "une époque particulièrement sombre de leur Histoire". C'est juste qu'ils n'ont jamais été aussi nombreux, et n'ont jamais eu autant accès à l'information. Twitter à l'époque des raids des Vikings sur les villages ou depuis le ghetto de Varsovie, ça aurait été sale aussi.

8- La démocratie, ça devrait être réservé à des gens comme moi.


9- Emmanuel Macron n'est en aucun cas "beau". Il est juste mieux que Jean-Pierre Raffarin.

10- Stevie Wonder est un des plus grands génies musicaux de tous les temps.

Posté par Dirty Louisa à 14:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 août 2017

747 en bout de piste*

Like ce post si toi aussi quand tu fais caca et que tu sens que l'étron royal en cours d'expulsion est bien long, bien épais et bien compact (comme on aime, et comme Dieu l'a voulu), tu fais de ton mieux pour qu'il sorte le plus lentement possible, centimètre par centimètre. Pour faire durer le plaisir bien entendu, mais aussi pour éviter que ça éclabousse trop au moment de l'impact avec l'eau.

Et surtout, comme le dit Pierre-Emmanuel Barré, ne pas trop contracter les sphincters à ce moment là, car ça coupe la crotte en deux, et il faut tout recommencer!

boeing 747* Je croyais avoir inventé l'expression, mais en fait pas du tout. Je suis déçu.

Posté par Dirty Louisa à 16:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 août 2017

Fail, try again, and fail again

Si cela fait un bon moment que j'ai effectivement arrêté de manger de la Danette chocolat après avoir manger du camembert (tout en buvant une bière) et que j'ai fini par arrêter de regarder les films Transformers, il m'arrive en revanche encore -à intervalles plus ou moins réguliers- de tomber amoureux de femmes mariées ou de me coincer la peau des burnes dans la tondeuse.
Comme quoi, l'idée selon laquelle "on apprend de ses erreurs", c'est loin d'être systématique. Et ça ressemble d'ailleurs beaucoup à une devise macroniste. Donc suspecte, par nature.

danette chocolatEt puis, c'est pas parce qu'on sait qu'il ne faut pas le faire qu'on ne le fait pas, évidemment. Regarder tous les pauvres qui font des enfants!

Posté par Dirty Louisa à 16:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]