La Planche Qui Grince

09 octobre 2017

Self trapped

Te trouver en position (socio-politique) de croire qu'il est nécessaire de préciser que tes propos n'engagent que toi, c'est comme -à l'inverse- te sentir obligé de te désolidariser d'un groupe ou d'un courant quelconque: c'est la lose intellectuelle totale. C'est la preuve que t'as perdu ton indépendance depuis un moment. Et le pire, c'est que généralement c'est de ta faute. Fucking loser!

loser

Posté par Dirty Louisa à 17:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]


07 septembre 2017

What you see is what you get

"Islam" qui veut dire "soumission" en arabe (je viens de l'apprendre... c'est magique), c'est comme les titres à base de "anal lovers" et autres "blowjob fever" pour les films porno: a priori tu te dis "ok, ça joue carte sur table".
Et, effectivement, dans le porno tu ne trouves personne pour te dire "ouais, mais non, en fait c'est un cheminement personnel, c'est une élévation spirituelle, c'est pas du tout la caricature qu'on en fait...".

Posté par Dirty Louisa à 18:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 août 2017

Révisions de rentrée: LPQG edition

1- La religion, c'est pas du tout une bonne idée: un corpus d'idées pré-établies qui ont pour but d'encadrer la vie des uns et des autres en réduisant au minimum leur libre-arbitre, ce n'est même pas la peine d'envisager qu'il puisse en sortir quelque chose de bien. Il s'agit donc bien de dénoncer ses méfaits de façon systématique, sans distinction de couleur de peau ou de niveau de richesse des individus y étant affiliés.

2- A moins qu'ils soient prêts à renoncer à leur statut d'être vivant suprême sur la Terre au profit des lombrics, les humains doivent être tenus pour responsables -tant collectivement qu'INDIVIDUELLEMENT- de ce qui leur arrive. Sauf irruption de Daesh à un repas de la famille CANN.

3- L'anonymat, ça sert à rien. Si je ne sais pas qui tu es, je me fous de ce que tu penses.

4- La prison en tant que punition, ça sert à rien non-plus. On emprisonne si il y a danger pour les autres. Sinon, travaux d'entretien de la voirie et humiliations publiques feront largement l'affaire pour ramener les délinquants dans le droit chemin.

Jerome cahuzacDans mon monde, Jérome Cahuzac aurait certaiment réfléchi à deux fois avant de truander si il avait su où ça pouvait le mener. #dissuasion

5- Ce que tu crois que les autres attendent de toi, ça n'existe justement que si tu y crois toi-même. Sauf dans les pays sous loi islamique (voir point 1). Les "injonctions" supposément émises par la société relèvent à 90% de l'escroquerie intellectuelle de la part de ceux qui se disent en être victime.

6- En parlant de "victime", le cheminement allant de "implication involontaire dans un accident/incident" à "demande de reconnaissance du statut de victime par les autorités administratives et politiques" à "attente d'indemnisation financière, par principe" est une démarche pour laquelle mon cerveau ne doit tout simplement pas être adapté. Je comprends mieux la théorie de la relativité.


7- En ce début de XXIème siècle, les Humains ne vivent pas "une époque particulièrement sombre de leur Histoire". C'est juste qu'ils n'ont jamais été aussi nombreux, et n'ont jamais eu autant accès à l'information. Twitter à l'époque des raids des Vikings sur les villages ou depuis le ghetto de Varsovie, ça aurait été sale aussi.

8- La démocratie, ça devrait être réservé à des gens comme moi.


9- Emmanuel Macron n'est en aucun cas "beau". Il est juste mieux que Jean-Pierre Raffarin.

10- Stevie Wonder est un des plus grands génies musicaux de tous les temps.

Posté par Dirty Louisa à 14:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 août 2017

747 en bout de piste*

Like ce post si toi aussi quand tu fais caca et que tu sens que l'étron royal en cours d'expulsion est bien long, bien épais et bien compact (comme on aime, et comme Dieu l'a voulu), tu fais de ton mieux pour qu'il sorte le plus lentement possible, centimètre par centimètre. Pour faire durer le plaisir bien entendu, mais aussi pour éviter que ça éclabousse trop au moment de l'impact avec l'eau.

Et surtout, comme le dit Pierre-Emmanuel Barré, ne pas trop contracter les sphincters à ce moment là, car ça coupe la crotte en deux, et il faut tout recommencer!

boeing 747* Je croyais avoir inventé l'expression, mais en fait pas du tout. Je suis déçu.

Posté par Dirty Louisa à 16:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 août 2017

Fail, try again, and fail again

Si cela fait un bon moment que j'ai effectivement arrêté de manger de la Danette chocolat après avoir manger du camembert (tout en buvant une bière) et que j'ai fini par arrêter de regarder les films Transformers, il m'arrive en revanche encore -à intervalles plus ou moins réguliers- de tomber amoureux de femmes mariées ou de me coincer la peau des burnes dans la tondeuse.
Comme quoi, l'idée selon laquelle "on apprend de ses erreurs", c'est loin d'être systématique. Et ça ressemble d'ailleurs beaucoup à une devise macroniste. Donc suspecte, par nature.

danette chocolatEt puis, c'est pas parce qu'on sait qu'il ne faut pas le faire qu'on ne le fait pas, évidemment. Regarder tous les pauvres qui font des enfants!

Posté par Dirty Louisa à 16:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 juin 2017

A genuine tear for the champs

Hier, j'ai pleuré (pas à gros sanglots, mais à gorge nouée et oeil mouillé quand même) lors de la victoire des Golden State Warriors en finale de la NBA. Tout simplement parce que j'ai dû voir près de 195 des 205 matchs qu'ils ont joué ces deux dernières saisons (I shit you not). Les Warriors, je les vois beaucoup beaucoup plus souvent que ma famille ou que mes amis (dont aucun n'a d'ailleurs jamais été foutu de gagner un titre NBA d'ailleurs... losers). Ce sont les gens les plus proches de moi. Stephen Curry, je suis tellement attentif à ce qu'il fait que je vois quand il est allé chez le coiffeur (or on sait qu'un noir passe son temps au barbershop)!
Bref, l'implication, l'effort, la passion, la pression... j'ai vu tout ça. Et ça me parle.
Et puis pour Kevin Durant. En plus d'être absolument phénoménal, ce mec est toujours touchant. Il me fait penser à un gamin (et pourtant, je ne suis pas fan des gamins a priori).

Stephen curry & KDEt le pire, c'est que MON équipe depuis 25 ans, c'est les Portland Trail Blazers. Putain... On dirait un socialiste qui a viré macroniste... Damn!

ps: ce post n'est pas approuvé par "le lecteur du Monde" qui pense que la vie est une chose sérieuse. Surtout les guerres, le chômage et la hausse de la CSG.

Posté par Dirty Louisa à 17:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 mai 2017

Potentiel, échec et réalisation

J'ai déterminé pour différents compartiments de l'existence mon potentiel de base (sur une échelle de 1 à 100 "absolue") et le pourcentage de réalisation de celui-ci à ce jour, ainsi que les pistes à explorer pour essayer -si besoin- d'améliorer les choses.

Devenir inarrêtable en VTT, avec pour objectif ultime (lorsque j'avais 15 ans) de devenir champion du Monde:
-Potentiel: 80/100
-Réalisation: 50%. J'ai été excellent, mais le manque d'esprit de compétition (sportif) dans ma famille m'a coûté mes maillots arc-en-ciel.
-Axe de progrès: rajeunir.

Faire de bons albums de rap:
-Potentiel: 75/100
-Réalisation: 95%. Je ne suis pas un très bon rappeur (Le Dissident -lui- l'est), mais je SAIS ce qui sonne bien, ou pas. Et j'ai investi le temps et les efforts qu'il fallait pour créer les meilleures chansons possible.
-Axe de progrès: devenir noir.

Devenir astrophysicien:
-Potentiel: 95/100
-Réalisation: 1,5% (dont 1% parce que je suis fan d'Interstellar)
-Axe de progrès: apprendre l'ordre des planètes du système solaire en partant du soleil.

Être un bon facteur:
-Potentiel: 90/100
-Réalisation: 99%
-Axe de progrès: changer les couches des vieux à domicile.

Dunker au basket:
-Potentiel: 1/100
-Réalisation: 99,9%. J'ai sauté le plus haut possible, mais je n'ai juste jamais eu la détente nécessaire pour dunker à 3,05 mètres. Loin de là. Mais j'ai dunké dans les cours d'écoles primaires à 2,40 mètres.
-Axe de progrès: l'intervention divine. Ou devenir noir, encore.

Etre capable d'autodérision:
-Potentiel: 98/100
-Réalisation: 99%
-Axe de progrès: lustrer les jantes et les pneus de mon fourgon (et finir ce dernier à la peau de chamois) sur le parking du symposium "Intellectuels, whisky & femmes belles, drôles et brillantes" que j'ai été invité à clôturer par un discours clairvoyant et avant-gardiste sur le sens de la vie.

Connaître le whisky:
-Potentiel: 100/100
-Réalisation: 18%
-Axe de progrès: des sous, beaucoup de sous, et un foie de rechange. Ou une délocalisation définitive en Écosse.

Choper des meufs:
-Potentiel: 65/100
-Réalisation: 0.5% Parce que parfois j'ai joué de malchance du côté du contexte. Ça mérite un demi point.
-Axe de progrès: le malentendu. Ou le kidnapping et la séquestration. Ou devenir noir (pour accroître la taille de mon pissou), toujours. Qu'on ne me dise pas que ces gens là ne sont pas avantagés dans la vie!

90's mudSans compter que dans les années 90, la boue, c'était pas de la boue de pédé.

Posté par Dirty Louisa à 16:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 avril 2017

Attentue, sous pression, je la rends publique: ma bite

Euh, non, pas cette fois-ci.
Ma prise de position officielle d'entre-deux-tours

J'ai trouvé. J'ai trouvé comment contrer la menace Marine Le Pen sans états d'âme. Mais je vous le dis tout de suite, ça ne marche que pour moi.

En fait, c'est simple: au premier tour, je n'ai pas voté. Je n'ai d'ailleurs même pas regardé les programmes. Je n'ai pas voté, avant tout parce que je ne voulais pas voter. Parce que l'avis que j'ai sur la vie, je n'ai pas besoin d'élections pour l'exprimer. Parce que je suis anarcho-cynique cryptonihiliste, et tutti quanti.
Partant de là, dans le duel Macron-Le Pen, j'ignore de nouveau complètement les programmes de l'un et de l'autre pour ne me concentrer QUE sur la dimension raciste et belliqueuse de Le Pen et du FN. Et dans la configuration actuelle et immédiate, un des moyens de s'opposer à Le Pen et au FN, c'est notamment de voter pour Emmanuel Macron. C'est même le seul intérêt de la chose. Et ça n'exonerre surtout pas de lutter contre Le Pen et le FN pour tous les autres moyens possibles le reste du temps, bien entendu.

Alors, comme je l'ai dit, cette réflexion ne marche que pour moi. 1/ parce qu'au premier tour je n'ai soutenu personne, et 2/ parce que quoi qu'il en soit je n'ai aucun plan réaliste pour l'humanité (je vois bien que mon histoire de taxation des enfants ne prend pas trop dans la société, et c'est dommage). Mais une chose est certaine en revanche, c'est que je n'aime pas les racistes (et j'aime les noirs), je considère chaque individu de la planète comme ayant a priori la même valeur (même si dans les faits force est de constater que je suis supérieur à la plupart, notamment tous les gens affiliés à une religion), je suis contre les frontières, contre les prisons... Autant de choses pas compatibles avec le FN. Donc je n'ai pas envie que le FN ait trop de pouvoir. Parce que je n'ai pas envie qu'on vienne me faire chier si ce que je raconte ne plaît pas aux autorités. En fait, je vais voter Macron juste pour ma gueule. L'économie, les impôts, je m'en contre-bas les couilles.

Mac & bIl est pas beau mon champion?!!

Posté par Dirty Louisa à 17:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 avril 2017

Delayed satisfaction: hunger makes me who I am

-Depuis que mon être vivant préféré a l'autre jour tenté -le traitre- de défendre les gens qui envahissent les voies de circulation en "rangeant" comme des merdes leurs caddies sur les parkings de supermarchés (tentative qui a été vaine, bien entendu, puisqu'à moins que ta femme enceinte vienne de perdre les eaux au rayon fruits et légumes et que tu doives donc te rendre dans la précipitation à la maternité la plus proche, il n'y a aucune excuse valable justifiant un tel comportement), depuis cette prise de position à mi-chemin entre la provocation et l'hérésie -donc- plus rien ne va chez moi: ballonnements, spasmes, courbatures, troubles de l'érection... D'ailleurs -j'y pense- ça commence à faire beaucoup de choses qui chez moi provoquent des troubles de l'érection.

-Emmanuel Macron dit qu'il se présente comme le candidat (et donc, l'espère t-il, le futur président) "de la feuille de paie". Et je n'ai pas la moindre idée de ce qu'il entend par là.

-Tous les jours, entre 15h et 19h, je suis pour ainsi dire obsédé par la nourriture. Au point que cela est en train de petit à petit peser sur ma personnalité, je le crois bien. Car c'est la faim qui m'assaille qui me met dans les dispositions mentales me permettant de vraiment prendre du plaisir au moment où je me mets à grignoter Comté/Abondance/Beaufort/Appenzeller avant le repas du soir. Me mettrais-je à manger à ma faim (je n'en demande pas plus) dans la journée que ce moment d'intense satisfaction en serait dénaturé, j'en suis certain... Bref, je suis perdu.

-Je le dis tout de suite, en cas de duel Fillon-Le Pen au second tour de la présidentielle, voter Fillon pour faire barrage à Le Pen sera totalement indéfendable intellectuellement. Il ne faudra même pas essayer quoi... Il faudra essayer autre chose que la démonstration faite de raison et de logique. On pourra invoquer, je sais pas, le chantage à l'enlèvement de ses enfants, l'alcool, l'accident bête... Mais rien en rapport avec l'intellectect.

Nasty cheeseJe sais, je sais, c'est assez inapproprié comme photo. Je suis François, je suis un gros dégoûtant...

Posté par Dirty Louisa à 17:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 avril 2017

I see clear: the dick behind the ear

On peut trouver que j'exagère, que je me trompe ou que j'oublie des paramètres au moment d'émettre un avis (même si personne ne le dit jamais), mais il y a une chose qu'on ne peut pas me reprocher, c'est de voir cet avis être biaisé par un aveuglement qui serait le miens dans un domaine x ou y. Et si jamais cet avis est bel et bien biaisé, je le sais moi-même. Par exemple, les dictateurs africains, que je n'arrive pas vraiment à détester du moment qu'ils ont une tête sympa. Parce que c'est des noirs. Et moi, j'aime les noirs. Et tout le monde le sait.

Le meilleur exemple de ma parfaite impartialité et totale justesse de jugement, c'est Stephen Curry. J'adore Stephen Curry, je ne jure que par lui depuis deux/trois ans, j'ai son maillot accroché dans mon salon, et pourtant lui et son équipe sont archi-favoris contre mon équipe préférée depuis 25 ans (Portland) qu'ils s'apprêtent à rencontrer (et donc à probablement éliminer) un premier tour des Playoffs NBA à partir de demain. Et moi, qu'est ce que je fais? Et bien je reste calme. J'analyse les forces en présence, et je me prépare à apprécier le spectacle (car spectacle il y aura) comme un gentleman.

Pareil avec mon être vivant préféré. Déjà, la formulation: préféré. C'est assez pondéré comme appréciation, c'est par rapport à d'autres, et pas absolu. Et puis j'ai pas dit parfait et insurpassable. Je l'ai dit...? Bon... mais je l'ai pas dit fort. Et puis je suis capable de voir des défauts. Je n'en parlerai pas ici, ce n'est pas le sujet, mais je suis capable.

Enfin, ma bite. On pourrait croire qu'avec une telle pièce à ma disposition ma vie toute entière serait articulée autour, m'empêchant d'apprécier les plaisirs simples d'un coucher de soleil ou d'une tasse de thé accompagnée d'un biscuit si ceux-ci n'étaient couplés à de glorieux et frénétiques coïts. Il n'en est rien! J'ai à ce jour à mon actif bien plus de couchers de soleil et de tasses de thé avec biscuits (secs) que d'épisodes d'usage effectif de ma bite (et je n'ai jamais été un grand buveur de thé). Non, ma bite, quand la situation l'impose, je me la colle derrière l'oreille comme il se doit. Et je vois la vie telle qu'elle s'offre à moi. Sans biais aucun.

dick behind the earJe me souviens de ce soir là. Excellent thé.

Posté par Dirty Louisa à 17:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]