La Planche Qui Grince

17 août 2018

Naufrage de journalistes

On remarque tous que les journalistes généralistes (que si tu les critiques t'as pas le droit, t'es un petit Mélenchon/Trump, what do you want? Une dictature?!) racontent de la merde lorsqu'est abordé un sujet qu'on connaît bien. Trucs faux, illustrations foireuses, raccourcis débiles... C'est assez horrible. Et le plus horrible, c'est qu'il faut se dire que si là on relève la supercherie parce qu'on connaît le sujet, et bien lorsqu'on ne connaît pas le sujet, les conneries on peut les prendre pour des informations.

Et des fois, ce n'est pas très grave, mais lorsqu'il s'agit par exemple d'informations de type judiciaire, c'est terrible pour les personnes concernées! Par exemple le coup où on a rapportait dans le Dauphiné Libéré que "le suspect avait été aperçu fuyant au volant d'un Citroen Jumpy de couleur orange tourmaline accompagné d'une jeune mineure en train de se débattre" j'ai vu rouge. C'est un Peugeot Expert bordel! Il n'y a plus d'éthique dans le job.

P1000771Si ça se trouve, Nordahl Lelandais n'a rien à se reproché. On ne peut pas savoir.

Posté par Dirty Louisa à 17:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]


15 août 2018

Cod addicted

-Le récit que je fais de ma vie est tout autant explicatif que constitutif de celle-ci.

-Mon alter ego féminin qui vit en moi en permanence est en tous points semblable à moi. Sauf quand elle diffuse des photos d'elle toute nue. Là ça attire beaucoup plus de chacals.
En revanche elle n'est pas -comme j'ai pu le penser un temps- plus scandaleuse que moi. Le scandale, les injonctions, les polémiques, elle s'assoit dessus.


-L'autre jour j'ai lancé l'idée de partir vivre en Écosse à la retraite. Alors que je n'y avais jamais pensé avant. Depuis j'épluche les annonces immobilières dans les Highlands, et principalement sur Skye.

-Quand on voit la gueule de ma barbe, on pourrait penser que je me laisse aller. Mais quand on voit ma tête rigoureusement tondue tous les quatre jours, bah en fait non.

-Les quelques filles à gros seins que je suis sur Instagram (du verbe suivre... là il ne s'agit pas d'alter ego féminin, pas de confusion) sont soit des filles à papa, soit des putes. C'est pas possible, elles passent leur temps à boire des cocktails (probablement hors de prix) dans des bars de plage. Ce qui serait totalement inintéressant si elles n'avaient pas des gros seins, je suis d'accord.

-Je me demande combien de temps il faut pour me connaître sans me lire. Et même si c'est possible. Parce que la manière dont certaines personnes me parlent au boulot montre bien qu'elles ne me connaissent pas. C'en est même parfois très surprenant. "Hein? Mais, pourquoi tu me dis ça comme ça... Je suis François!".


-Ces jours-ci, je suis véritablement obsédé par le fish & chips. Mon rythme cardiaque s'accélère, j'enchaine les clics compulsifs sur photos et vidéos, je me lèche les babines, mais jamais je ne sors le pissou. Les prêtres catholiques devraient essayer.

DSC01954Regardez-moi comment cette petite morue s'est fait frire...

Posté par Dirty Louisa à 18:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 août 2018

La vie est un passe-temps: road to space teeth

Puisque rien n'est utile et que le reste ne sert manifestement à rien, il faut bien avoir à l'esprit que les humains ne font ce qu'ils font que pour s'occuper et/ou se donner de la consistance. Et non pas pour "survivre", puisque tout le monde sait que c'est voué à l'échec. Littéralement.
Par exemple moi, là ça fait trois jours que je ne fais rien. Et bien effectivement je m'ennuie et ça ne me procure pas de sentiment de puissance et d'importance, mais en aucun cas cela ne met prématurément en péril ma vie. J'attends juste que ça se passe.

D'ailleurs désormais mes principaux objectifs consistent à attendre: 1/ la fin du remboursement du prêt de mon appart dans un peu plus de quatre ans (et le mois suivant l'achat d'un whisky à 480 euros) 2/ la retraite dans un peu moins de 25 ans (et le mois suivant l'installation en Écosse), et 3/ la mort dans 60 ans (et le mois suivant le voyage inter-galactique multidimensionnel en compagnie de l'âme et des dents de Margot Robbie). En toute logique.

lifeJe ne me mettrai pas à tricoter ou à aider les pauvres pour avoir l'impression d'avoir des trucs à faire. Plutôt crever!

Posté par Dirty Louisa à 12:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 août 2018

Meilleurs jaillissements du 11 aout 2017 au 31 décembre 2017

11/08/2017: Ivre, il utilise les termes "maman" et "papa" pour parler de ses parents alors qu'il n'y a aucun autre membre de sa famille aux alentours.

14/08/2017: La scène de vandalisation de la BMW dans "Les Compères" est, avec "Le Choix de Sophie", un des grands traumatismes cinématographiques de mon enfance.

14/08/2017: Selon une nouvelle étude de l'Institut du Stifellou, moins de 1% des individus travaillant dans l'enseignement identifient le 15 aout en tant que "jour férié".

16/08/2017: "D'une année sur l'autre les enfants grandissent. Il faut donc racheter des vêtements".
#coûtdelarentrée

19/08/2017: Ivre, un internaute répond à un commentaire d'un autre internaute inconnu en l'insultant, et en pensant pouvoir le convaincre.


22/08/2017: Si on distingue désormais les "fous" des "terroristes" au(x) volant(s) des véhicules qui font des carnages, quel est alors le moteur des terroristes..., mais quel est-il donc...?

25/08/2017: Se voir proposer des "offres sociales" par son employeur, c'est comme recevoir une poupée gonflable en cadeau de la part de sa femme: c'est une escroquerie... Oui, intellectuelle, évidemment.

01/09/2017: Dans certaines familles se transmettent de pères et fils les passions de la pêche à la mouche, de la mécanique auto et la foi en Jésus. Dans ma famille en revanche l'éducation s'est très vite articulée autour des valeurs véhiculées par l'apéro, les cartes IGN et la chasse aux Nazis.

02/09/2017: Ivre, il pense être important pour la marche du monde, demande de la considération et s'inquiète de son image. Le lendemain, il meurt. Et rien ne se passe.

04/10/2017: Ivres, ils font un enfant. Bon, admettons.
Sobres, ils décident de le garder. Là c'est nettement plus irresponsable.

11/10/2017: Autant au volant de mon fourgon ma barbe et ma moustache me donnent l'air d'un baroudeur intrépide, autant au volant de tout autre véhicule ces mêmes attributs pileux me donnent l'air d'un manouche de seconde zone.

17/10/2017: Les "sujets tabous", il suffit d'en parler pour qu'ils ne le soient plus. Encore une escroquerie.

18/10/2017: Le prochain journaliste qui utilise la formule "silence assourdissant" doit me donner son salaire du mois. Ça suffit maintenant.

20/10/17: Ça ne m‘étonnerait pas que je sois moi-même un autiste asperge jamais diagnostiqué comme tel.

29/10/2017:Je me demande s'il est déjà arrivé à Harvey Weinstein de se faire friendzoner.

30/10/2017: Je me demande quel genre de traumatisme profond peut conduire quelqu'un à devenir Laurent Wauquiez.

03/11/2018: J'accorde à chaque humain -en tant qu'individu- le droit de croire, de penser et de dire ce qu'il veut.

Et dans le même temps je désigne les organisations humaines basées sur une idéologie (type "religions") comme étant des espaces d'effondrement intellectuel et d'obscurantisme niant la singularité de chacun.

Bref, évidemment, j'ai gagné.

16/11/2017: Si les Humains avaient été vraiment malins, ils auraient levé le pied sur la reproduction le jour où ils ont inventé la prison.

20/11/2017: J'éprouve moins de difficultés à accepter que la femme que j'aime soit mariée à quelqu'un d'autre qu'à accepter d'être coincé dans un embouteillage

21/11/2017: Je n'ai jamais compris la technique consistant à -lors d'un barbecue- cuire un maximum de saucisses avant de les laisser refroidir sur la table.

23/11/2017: J'avais l'impression d'avoir le contrôle de ma vie. Puis vint l'ère du mot de passe.

29/11/2017: L'inventeur de la roue a toujours été considéré comme un grand homme, mais l'inventeur de la charnière n'était pas la moitié d'un con non plus.

29/11/2017: Les polémiques n'impliquent et n'engagent que ceux qui y participent.

05/12/2017: Je m'étonne qu'en 2017 on n'ait toujours pas réglé le problème de la "rambarde" qui monte plus vite que les marches dans les escalators. Que font les ingénieurs?!
#rendezlargent

08/12/2017: Les règles et conventions politiques et sociales à la con ne deviennent véritablement un problème qu'à partir du moment où un certain nombre d'individus ne mesurent justement pas leur caractère "à la con" et voient en elles des "devoirs moraux".

08/12/2017: Je suis mon homme politique préféré.

Posté par Dirty Louisa à 17:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 août 2018

John John The Fanfaron

Pour me sentir légitime à fanfaronner tel que je le fais souvent (toujours?), j'ai bien moins besoin qu'on me dise que je suis génial que d'en être foncièrement persuadé. Mais pour cela, il ne suffit pas non-plus que je décrète que je suis génial. Il faut que ma lecture de ma vie, de ma manière d'agir et de mon positionnement par rapport aux autres m'apporte des preuves de ce caractère "génial". La plupart du temps, c'est le cas.

Mais là tout de suite maintenant, il y a un os.
Tout récemment les rapports entre moi et la personne dont j'ai déclaré être amoureux depuis près de quatre ans se sont tendus. Or au delà du sentiment amoureux que je dis avoir développé pour elle, la vérité est qu'elle est pour moi -par rapport à ce que je suis- un être exceptionnel et une sorte de caution intellectuello-morale. Qui elle est, et qui je suis, il y a une connexion. Je l'ai ressenti tout de suite, j'en suis sûr.
Et donc là il y a tension. Ce qui nique la caution, direct. Et en plus je n'ai rien à lui reprocher (ça serait pourtant plus simple). Il n'y a personne en qui j'ai le plus confiance. C'est plutôt moi qui ai quelque peu foiré et exagéré. Bref, là du coup je me sens moyen légitime à fanfaronné.
Même si je fanfaronnais déjà bien avant de la connaître, c'est vrai. Mais pour le coup, ce n'était vraiment pas la même époque. Je ne m'étais pas encore déclaré nihiliste et totalement inutile dans l'Histoire de l'univers. Je n'avais pas encore abandonné l'humanité à son sort. Quand t'abandonnes toute l'humanité, c'est quand même pas mal de se raccrocher à d'autres êtres vivants. Et moi les clébards et les chats, ça n'a jamais été mon truc. J'aime les (rarissimes) êtres vivants capables d'interroger ce que je suis. Ce qui d'une certaine manière est le cas à cet instant précis, c'est vrai aussi. Mais c'est pas pareil. Je préfère me sentir génial.

fanfaronFanfare... Fanfaron... Allez, ça fera l'affaire pour une illustration.

Posté par Dirty Louisa à 17:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]


28 juillet 2018

Ce que veulent les gens

Dans le spot de pub à propos du livre "Fief" lauréat du Prix du Livre Inter qui passe ces jours-ci sur France Inter un des intervenants (dont la voix semble plutôt jeune) finit par dire à propos du dit-bouquin "enfin un livre qui parle de nous", sous entendant (dans le ton) que les auteurs à travers les âges et le monde n'ont jusque là pas fait assez d'efforts pour parler d'eux (eux -nous- étant "des jeunes", je pense; mais c'est très vague). What?! Mais mais mais... Les gens qui écrivent des livres, ils écrivent ce qu'ils veulent puisque ce sont eux qui les écrivent! Nulle part il est dit qu'idéalement il faudrait aborder certains sujets plutôt que d'autres (sauf dans la tête des gens qui veulent vendre beaucoup). Et si t'es pas content de ce qu'ils écrivent, bah t'as qu'à les écrire toi-même les bouquins crétin! Comment peut-on reprocher à d'autres de ne pas faire ce que soi-même on ne fait pas? Et je m'en fous que tu n'aies que 17 ans Théo!

Et le pire, c'est évidemment que les personnes qui ont décidé de mettre ça dans la pub pensent que c'est un bon argument promotionnel. Et d'ailleurs, ça l'est peut-être. Alors que c'est complètement stupide. Mais ça joue sur le fameux besoin qu'ont les humains de se sentir représentés et traités comme quelqu'un/quelque chose d'important dont je parlais il y a quelques jours. On n'en sortira pas, c'est dead.

jeuneJeune voulant qu'on parle de lui. Et je suis sûr que c'est le genre de mec qui signe le pétitions pour dire que l'épreuve de math du bac était trop difficile... Bah oui, parce que sa copine elle est prof de français, et pas prof de math.

Posté par Dirty Louisa à 11:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juillet 2018

Les Grands Entretiens LPQG part 2.

Aujourd'hui, second épisode des "Grands Entretiens de La Planche Qui Grince". Et c'est ni plus ni moins que Dieu qui nous fait l'honneur de répondre à nos questions. Scoop.

FC: Salut Dieu, la forme?
Dieu: What's up?!


FC: Je t'appelle comment? Dieu? Mon seigneur?
Dieu: Oh, on peut m'appeller de différentes façons. Dieu fera l'affaire, mais je suis aussi connu sous le nom de Allah, Jéhovah, The Notorious G.O.D.... J'ai plus de a.k.a. qu'un membre du Wu-Tang Clan.

FC: Ok. Bon, alors déjà le fait que tu sois là prouve que tu existes. Mais en revanche qu'est ce qui me prouve que tu es le vrai Dieu?
Dieu: Euh, je sais pas. Le fait que j'aie répondu à ton invitation télépathique et que je sois le seul à l'avoir fait, par exemple... De toute façon il ne peut pas y avoir plusieurs Dieux. Puisqu'on est tout puissant, il y aurait conflit. Tu ne fais pas tourner ton ordinateur avec deux systèmes d'exploitation.

FC: Good point. Mais pourquoi te faire aussi discret et faire douter autant de gens quant à ton existence?
Dieu: Bah parce que je n'ai rien à prouver à personne. Car il y a un gros malentendu à propos de qui je suis, et de ce dont je suis capable et responsable.


FC: Comment ça?
Dieu: Et bien, moi je suis le maître de ce que vous humains appelez le "temps" et l'"espace", et plus généralement l'univers. Mais en aucun cas je ne m'occupe du déroulement de la vie des uns et des autres. Donc les drames et les catastrophes, autant que le bonheur et la chance, je n'ai rien à voir là-dedans.

FC: Et d'où vient ce malentendu?
Dieu: Bah de mecs tels que cet enfoiré de Jésus. Le gars était en délicatesse avec les autorités romaines pour une sombre histoire de permis de construire de charpente pas en règle dans la bande de Gaza, et histoire de noyer le poisson il a commencé à s'inventer une filiation divine avec une histoire de PMA tirée par les cheveux. Et il y a des crétins qui y ont cru. Ça parait fou, mais de nos jours il y a bien des gens chez vous qui voient en Emmanuel Macron un sauveur!

FC: C'est clair. Donc en fait tu n'as rien à voir avec la religion?
Dieu: Rien du tout. Jamais été consulté par aucun de ces abrutis.

FC: La Bible, le Coran?
Dieu: Jamais lu.

FC: Du coup on va poser les questions qui comptent! Il y a de la vie ailleurs que sur Terre dans l'univers?
Dieu: Ah, il faudrait commencer par définir la "vie". La vie basée sur la chimie du carbone, il y en a un peu. Mais il y a plein de manifestations de vie que les Humains sont non seulement incapables d'interpréter, mais aussi tout simplement incapables d'identifier. Parce que différentes dimensions entrent en jeu dans lesquelles la matière, le temps et l'espace n'ont pas les mêmes propriétés que chez vous. Donc oui, il y a plein de vie partout. Mais non, vous ne rencontrerez probablement jamais personne d'autre et vous ne vous ferez pas coloniser par des vilains aliens.

FC: L'idée c'est qu'on a pas les outils pour observer tout ça?
Dieu: Non, l'idée c'est que vous n'avez pas les capacités mentales. Ce n'est pas de votre faute hein. C'est juste comme ça. Par exemple, votre théorie du Big Bang c'est bien gentil, mais il y a un os. Parce que avant le Big Bang, il y avait quoi? Et l'univers en expansion, ok, mais en expansion dans quoi? Tout ça n'a pas de réponse. Enfin, moi je sais hein, je suis Dieu. Mais je ne peux pas vous expliquer parce que vous ne pouvez pas comprendre.

FC: Tu penses que nos scientifiques sont des charlatans?
Dieu: Non, parce que les mecs ont le mérite de chercher. Tout en sachant -pour la plupart- qu'ils mourront sans avoir trouvé.

FC: Bon, ceci étant dit, qu'est-ce que tu peux nous apprendre? Des trucs qu'on est en mesure de comprendre.
Dieu: Je sais pas. Que Emmanuel Macron est une escroquerie... (rires divins avec un fort écho)... Non, plus sérieusement, l'univers c'est à la fois simple et compliqué. Déjà, il n'y a pas de schéma, pas de but, pas d'objectif, pas de point de départ et pas de point d'arrivée. Il n'y a pas de politique dans l'univers. En revanche, mécaniquement c'est très complexe. Il y a plusieurs niveaux de réalités. Plusieurs "dimensions". Einstein s'est cassé les dents sur le bordel, tu ne penses pas que tu vas comprendre ça en deux temps trois mouvements?!

FC: Pourquoi pas....? Mais tu n'as pas l'air très pédagogue comme mec.
Est-ce que tu as vu "Interstellar"?

Dieu: Yep. Et c'est pas mal. Il n'est pas mauvais ce Christopher Nolan. J'avais vu "Inception" aussi, et j'avais trouvé ça très bien également. Cette histoire de confusion entre "réalité" et rêves, c'est bien vu.

FC: Ah! Content de t'entendre dire ça. Parce que moi je valorise énormément ma vie rêvée.
Dieu: Et tu as raison. Dans l'absolu elle n'est pas franchement moins réelle qu'une autre.
Par contre -juste pour rester sur le ciné- j'ai vu quelques films de Michael Bay, et ce mec n'est pas net hein. Il faut arrêter de lui donner de l'argent pour faire exploser des trucs dans des films.

FC: C'est quoi l'amour?
Dieu: Alors, "Dieu est amour" c'est une formule inventée par les escrocs des religions, et donc ça n'a rien à voir avec moi. Ceci étant dit je visualise intellectuellement ce que vous appelez l'amour. C'est peut-être en tant qu'Humains votre seule composante dématérialisée, et qui permet de créer des ponts entre les individus. Mais je ne suis pas sûr. C'est peut-être juste une histoire de phéromones. Comme les clébards. Comme je t'ai dit, mon domaine c'est l'univers. Les particularités des espèces m'échappent parfois.

FC: Je vois, je vois. Mais tu ne me feras pas croire que tu n'es pas capable de deviner instinctivement des trucs sur les uns et les autres?! Par exemple moi, tu ne me connais pas, on ne s'est jamais rencontré auparavant, qu'est-ce que tu peux dire sur moi?
Dieu: Ah, tu veux que je dise que tu es extrêmement puissant intellectuellement et que tu as une grosse bite, c'est ça...?

FC: AH!! Je le savais!!! Parole divine. Comme moi, s'il le dit, c'est que c'est vrai.
Dieu: Ok; mais la mienne reste plus grosse.

FC: Tsss... Merci Dieu.
Dieu: Merci François. Pas mécontent de pouvoir faire entendre ma vraie parole. Parce que je suis de très loin celui à propos duquel il a circulé le plus de fake news au cours de l'Histoire. Juste devant Hitler, qui croyez le ou pas, n'était pas un si mauvais bougre (ndlr: #dérapagedivin).

FC: Dernière question: l'adresse de Steph Curry à trois points, c'est toi?
Dieu...? Dieu...?

The Notorious G
Entretien réalisé par transmission de pensée. Avec la 25000G, ça passe bien. Mais quand il n'est plus là, il n'est plus là.

Posté par Dirty Louisa à 22:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 juillet 2018

Unrepresentative

C'est marrant comme les gens semblent avoir besoin de se sentir "représentés". Par l'équipe de France de foot, par des hommes et des femmes politiques, par n'importe qui d'un peu connu disposant d'une certaine exposition publique et qui leur serait proche d'une manière ou d'une autre... C'est une mécanique psychologique qui je crois m'est totalement étrangère. Ou alors que j'ai peut-être abandonné inconsciemment puisque je ne me suis jamais senti représenté nulle part par qui que ce soit. Mais voilà, je n'ai pas le souvenir d'avoir jamais cherché à l'être. J'ai toujours voulu avoir ma propre voix, être mon propre porte-parole, tenir mon propre discours et ne rien déléguer à personne. Y compris dans le domaine professionnel d'ailleurs (dans les discussions entre direction et syndicats il manque un interlocuteur: moi). Sans avoir la volonté de me différencier à tout prix, d'ailleurs. C'est simplement ce qui m'a toujours semblé être le plus normal pour un individu doté d'un cerveau opérationnel.
Et peu importe que ce que je raconte ne touche pas grand monde! Cela est de toute façon inaudible pour la plupart des gens. Donc tout ça n'est pas bien grave.


Du coup, puisque je ne m'identifie à personne, et bien je ne me sens jamais ciblé ou "stigmatisé". Ou je n'ai pas le sentiment qu'on ne s'occupe pas de moi. Ou qu'on me néglige, ou qu'on "se fout de ma gueule"... Personne n'a rien à faire pour moi. A part mes parents qui auraient dû me donner une grosse somme d'argent (dans les 5 millions d'euros) à ma naissance, ça va sans dire.

Unrepresentative

Posté par Dirty Louisa à 13:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juillet 2018

Les Grands Entretiens LPQG

Pour inaugurer la série "Les Grands Entretiens de La Planche Qui Grince" qui débute aujourd'hui nous sommes allés rencontrer François Cann et avons abordé avec lui un certains nombres de ses sujets de prédilection. Entretien.

FC: Salut. Alors, pour commencer est-ce que tu peux te présenter rapidement aux lecteurs qui ne te connaîtraient pas du tout?

François Cann: Yep. Alors je suis donc un homme blanc barbu vivant en France, à Brest. Je suis un philosophe, et je gagne ma vie en travaillant à La Poste. Et je suis fan de basket NBA et de rap. J'ai d'ailleurs fait plusieurs albums dans le passé. Ces temps-ci c'est une activité en stand-by.


FC: Bon, et bien allons-y direct. Tu t'auto-proclames philosophe sans avoir le moindre diplôme en philosophie. C'est possible ça?
François Cann: C'est carrément possible. Je n'ai effectivement aucune "référence" en philosophie, mais ce que je fais tous les jours tout le temps, c'est bel et bien réfléchir à la vie, au positionnement de l'homme dans l'espace et dans le temps. C'est de la philosophie. Donc à partir du moment où je le fais, je le suis. Après, le qualificatif n'est pas essentiel hein. Je sais ce que je suis.

P1010103 (2)
FC: Tu ne t'inscris donc clairement pas dans une "école" de philosophie. Pourtant je sais que tu t'amuses à te décrire comme un "libertaire anarcho-cynique cryptonihiliste". Ça s'apparente à un courant ça finalement.
François Cann: Hmm, ouais. Un courant qui n'existe pas quoi. Comme tu l'as dit, je m'amuse à me décrire comme tel. C'est venu en réaction aux appels à "ne pas faire d'amalgames" entre les gens qui ont une religion et les extrémistes qui commettent des attentats au nom de cette même religion. On parle des musulmans là, actuellement. Ça m'a toujours fait marrer ça: être affilié volontairement à une doctrine et devoir s'en défendre lorsque cette doctrine mène à des trucs pas jolie jolie. C'est pour ça que j'ai chargé la mule en qualificatifs... Mais aucun acte violent ne sera jamais commis au nom de l'anarcho-cynisme cryptonihiliste libertaire, je te le garantis. Et si ça arrive, ce sera entièrement de ma faute puisque je suis le seul dans ce courant. Je n'aurais jamais à me désolidariser de rien ni de personne. C'est ça la vraie liberté.

FC: Ok. Parlons un peu du fond du coup. C'est quoi ta vision de la vie des hommes? On va tous crever, c'est ça?
François Cann: Mais oui, tout à fait. Je vois que ça suit. En fait, je suis convaincu que l'Humanité aura disparu avant que tous les hommes aient eu le sentiment de vivre "dans un monde meilleur". Je pense que les efforts pour faire en sorte que tout le monde vive heureux et en paix, c'est dead. Les humains ne tendent pas vers ça. Il y a simplement trop d'individus aux intérêts divergents. Partant de là, les politiques de gestion des sociétés m'indiffèrent de plus en plus. Enfin, ce n'est pas que ça m'indiffère, mais la lecture que j'en fais n'est pas dans le but de savoir si ça va marcher ou pas. Les humains n'ont pas de mission à travers le temps qui devrait les mener à un point précis. Donc ce n'est pas la peine de trop s'inquiéter pour une histoire d'organisation temporaire. Après, je dis ça d'autant plus facilement que je n'ai pas d'enfant. Avec moi l'Histoire de l'Homme se termine. Je suis le cul de sac de l'humanité. Amener à la vie un individu et lui demander ensuite de se démerder dans le bordel de l'existence tout ça pour aller nulle part, c'est une responsabilité que je ne prends pas!

FC: Mais en attendant de crever, on fait quoi?
François Cann: On se fait pas chier. L'autre jour j'ai eu une révélation: il faut que je trouve un moyen d'arrêter de travailler. Mais puisque je suis moyennement motivé à vivre dans les bois (où il n'y a même pas vraiment  le droit de vivre... voir Notre Dame des Landes) et que j'ai envie de continuer à boire des whiskies chers, et bien il faut que je trouve un gros paquet de pognon. Un one shot hein. Je crois que le mieux ce serait de hacker des banques. Mais je ne suis pas un hacker. Bref. L'idée c'est de ne rien prendre au sérieux. Et surtout pas soi-même!

FC: Là-dessus, t'es déjà bien parti. Tu ne crains jamais de passer pour quelqu'un que tu n'es pas, ou de trop t'exposer, ou que ton "image" te porte préjudice?
François Cann: Pff... L'image que les gens ont de nous... A l'heure qu'il est, rien de ce que j'ai pu écrire ne m'a empêché de faire un truc ou un autre. Ou si c'est le cas, je ne suis pas au courant. Et puis je ne cherche pas à me placer, c'est vrai aussi. Je n'ai pas besoin de ça.

FC: Tu as un sacré ego non?
François Cann: Ah bah moi je suis génial hein, c'est un truc dont je suis sûr. Des mecs comme moi, je n'en connais aucun. Des gens qui cherchent à tout remettre à plat pour comprendre ce qu'il en est vraiment comme je le fais... Des philosophes ayant eu des idées que je n'ai pas eu, c'est rare que ça arrive. Neil deGrasse Tyson (qui est astrophysicien) tiens, lui il m'a fait penser à des trucs nouveaux. Mais bon attention, il faut bien avoir conscience que je suis au moins autant persuadé d'être génial que je suis absolument certain d'être totalement inutile. Mon humilité est totale.

P1010098 (2)
FC: Manu Mac.
François Cann: Manu Mac?

FC: Tu en parles souvent tout de même de Macron.
François Cann: Pas vraiment plus que tout le monde. Mais c'est vrai que c'est facile de se "comparer". Le mec a un mois de plus que moi, donc il y a cette proximité. Je peux me dire que le monde dans lequel on a évolué jusque là a été le même. Donc c'est drôle de voir comment on part dans deux directions totalement opposées. Lui pour le coup, il croit -le pauvre- qu'il est en mission pour sauver la France et le monde. Et puis en plus de ça, j'ai un cousin qui bosse dans l'entourage de Manu Mac. Donc quand je repense à ce cousin quand il était petit... Bon, c'est marrant quoi. Mais Manu Mac aussi je le défonce intellectuellement hein, il n'y a pas de problème. Et pour cela je n'ai pas besoin de détricoter sa politique. Je le nique sur un point, unique, et suffisant: l'utilisation des armes chimiques qui serait "une ligne rouge". Alors que mourir à cause d'un gaz ou mourir déchiqueté par un obus, c'est la même chose. Strictement. Il n'y a pas des armes sympas et d'autres qui ne le sont pas... Bon, en fait si, mourir empalé par l'anus, ça c'est vraiment pas sympa. Mais c'est de la torture... C'est pas pareil. Bref, construire un discours et une rhétorique en distinguant "armes propres qui flinguent ta famille en petits morceaux" et "armes sales qui flinguent ta famille en l'asphyxiant", c'est intellectuellement défaillant. Et à partir du moment ou Manu Mac (et d'autres) est capable de ça, ça discrédite son intelligence. Qu'il puisse penser que ça peut convaincre quelqu'un comme moi alors que ça ne tient pas la route... Il a perdu.
J'ai fait une longue réponse sur Manu Mac là non?


FC: CQFD
François Cann: I guess.

FC: Parlons sexe.
François Cann: Ouh yeah

FC: Ne t'emballe pas. Depuis quelques temps tu multiplies les allusions plus ou moins subtiles, et plutôt moins que plus, au fait que tu ne baises pas. Mais dans quelles proportions exactement exactement tu ne baises pas?
François Cann: Dans des proportions énormes! Comme ma bite.


FC: On y reviendra...
François Cann: A ma bite?

FC: Oui... Enchaîne.
François Cann: Oui donc, je ne baise pas du tout quoi. Je suis ce que dans le langage commun on appelle un puceau. Même si je pense qu'arrivé à 40 ans il faudrait trouver un autre mot. Ce qu'il faut se dire, c'est que la non-baise, il n'y a rien de plus facile à perpétuer. Et moins tu baises, moins tu baises... C'est comme le sur-endettement en fait. C'est une spirale infernale! Mais le plus étonnant, et je me suis fait cette réflexion très récemment, c'est que malgré tout c'est toujours les femmes qui sont de nature à me stimuler sexuellement... Même sans baiser, je reste sexualisé. Et hétéro-sexualisé. Alors qu'on aurait pu imaginer qu'au bout d'un moment ma libido s'oriente différemment et que je sois excité par une centrale vapeur ou un reblochon, ou n'importe quoi d'autre. Donc il y a vraiment un truc animal là-dedans. Et quelque part, "genré".

FC: Je vois. Et donc ta bite? Mythe ou réalité?
François Cann: Ah ah. Bon, tu sais, dans ce domaine on est beaucoup dans le "ressenti". Cependant, il m'arrive de voir des professionnels (dans le porno, donc) qui n'ont pas franchement des bites plus grosses que la mienne, j'en suis sûr. Et pourtant ces mecs là ont été casté et tout. C'est un indicateur comme un autre. Et par ailleurs, et là c'est beaucoup plus bizarre, mais il y a 20 ans je n'ai pas le souvenir d'avoir été impressionné par ma bite. Alors que maintenant, parfois oui. Ce qui me pousse à penser qu'en vieillissant j'ai grossi de la bite. Peut-être que ça arrive et que personne n'en parle jamais. Et bien voilà, le tabou est brisé. C'était peut-être ça ma mission dans la vie en fait...

P1010093 (2)
FC: Changement total de sujet. Un petit mot sur Stephen Curry?
François Cann: Peut-être pas changement de sujet si total que ça, parce que j'ai déjà laissé entendre que si un jour je devais me faire sodomiser, j'aimerais autant que ce soit par Steph Curry... Qui n'est pas gay hein, rien à voir... C'était pour dire combien j'étais admiratif de ce qu'il fait. Whatever. Steph Curry oui, bah, moi au cours des 26 dernières années durant lesquelles j'ai suivi la NBA, je n'ai jamais vu un mec révolutionner le jeu comme lui. J'ai vu des joueurs dominateurs et inarrétables (Shaquille O'Neal, Lebron James), j'ai vu des joueurs électrisants (Kobe Bryant, Allen Iverson), j'ai vu des joueurs sophistiqué et classieux (Jordan, Hakeem Olajuwon) et plein d'autres, mais Steph Curry et ses tirs à trois points et sa manière de faire vivre le jeu, je n'ai jamais vu ça. Sa saison d'anthologie 2015-2016 est la performance sportive qui m'a le plus marqué de toute ma vie. Donc tu vois, dans le basket je suis un "ancien", et Steph Curry a 10 ans de moins que moi, mais en aucun cas je relativise ses performances au regard de celles des "légendes" du passé. Steph Curry EST une légende. 

FC: Très bien. Euh, pour finir, il se dit que tu serais amoureux d'une femme mariée. Est-ce bien raisonnable?
François Cann: La raison n'a rien à voir là-dedans, mais s'il faut raisonner, raisonnons. Donc oui, j'aime une femme qui se trouve être marié. Et pas avec moi. It is what it is. Je ne l'ai pas découvert par hasard (qu'elle était mariée), elle ne s'est pas marié en cours de route. Je l'ai rencontré, j'ai tout de suite su qu'elle était mariée, et malgré tout je suis "tombé" amoureux. Mais en fait tout s'est fait en même temps. A priori c'est le seul coup de foudre qui me soit jamais arrivé. Et je suis bien content de la connaître et de l'aimer! Et ce, malgré sa jambe de bois et sa trépanation disgracieuse (ndlr: des caractéristiques physiques ont été modifiées afin d'assurer le secret de l'identité de la personne évoquée). Et puis au moins je ne suis pas amoureux de quelqu'un qui ne m'aime pas (ce qui a dû m'arriver par le passé). Après, attention, on n'est pas amants hein! Bah non, puisque je ne baise pas... Mais les choses sont simples: c'est quelqu'un d'exceptionnel, et je préfère connaître et aimer quelqu'un d'exceptionnel marié(e) plutôt que de ne pas la connaître et de n'aimer personne.

FC: That makes sense. Un mot de la fin?
François Cann: Oui. Chers lecteurs, dites vous bien que si on n'existait pas -que ce soit à titre collectif (l'Humanité) ou un titre individuel- personne ne s'en serait rendu compte. C'est le plus grand message de liberté que je puisse faire passer.

FC: C'est beau. On dirait du moi.
François Cann: Faut croire que tu m'inspires.

Une partie des propos retranscrits ici ont été collectés lors de randonnées dans les Alpes ces deux ou trois dernières semaines. L'entretien final a été réalisé au Stifellou.

Posté par Dirty Louisa à 12:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juin 2018

Skim the fat

Le regard que je porte désormais sur la vie des Hommes est particulièrement simple. Et surtout, simplifié.
Mais pour en arriver là, il a effectivement fallu que pendant des années je trifouille dans tous les sens ce qu'il m'était donné d'observer (notamment chez Leclerc, oui). J'ai développé des idées, et finalement tout s'articule autour de trois ou quatre d'entre elles:
1/ tous les êtres humains sont responsables de tout dès lors qu'ils remettent une pièce dans la machine en se reproduisant (ce qui m'exclut donc... c'est intellectuellement pratique)
2/ les conflits entre humains découlent du fait que tout le monde pense être important, et souvent plus important que les autres (alors que... bah en fait non puisque tout le monde meurt)
3/ puisque personne n'a jamais demandé à exister, dans la vie il n'y a aucune obligation de résultat whatsoever
4/ c'est quand même bien d'avoir un autre individu "référence" qui rien qu'en étant lui-même te permet d'étalonner ta manière d'appréhender les choses (ça peut être Hitler, Nordahl Lelandais ou une personne que tu aimes profondément, il n'y a pas de règle bien entendu).

A partir de là, tout devient plus simple. It's all about love, whisky and abondance.

Alors oui, il y a des drames, des trucs horribles, des méchants... Mais on n'y peut rien hein. Vraiment, c'est dead. C'est les humains.

Posté par Dirty Louisa à 18:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]