Ma passion pour ma retraite de dans 25 ans est une bonne chose. Psychologiquement. Parce que ça veut dire que je suis capable de me projeter dans 25 ans. Chose qu'il m'aurait été bien difficile de faire sereinement il y a une dizaine d'années.
A 30 ans, j'envisagais encore une éventuelle vie alternative, une éventuelle femme, ce genre de trucs. Quelque part j'avais encore des attentes. Alors que maintenant, bah non. Je n'ai pas envie de femme par principe. J'aimerais bien avoir l'opportunité de passer plus de temps avec celle que j'aime le plus, mais c'est parce que c'est elle. C'est un rapport d'individu unique à individu unique.
Par ailleurs, puisque ça fait environ quinze ans que je fais le métier que je fais, et bien il n'est pas difficile de m'imaginer le faire 25 ans de plus. Je me dis "eh, ça fait 15 ans, donc dans 15 ans, il ne restera plus que 10 ans..." Ça marche très bien.
Et enfin, mon cerveau et ma bite ne montrent aucun signe de faiblesse ou de lassitude. Je suis intellectuellement meilleur qu'il y a dix ans (not even close), et j'ai l'impression que ma bite a grossi. Ce à quoi (concernant ma bite) je ne m'attendais pas du tout!

Bref, la vie est vraiment plus belle quand on n'en attend rien. A part la retraite (en Écosse). Donc.

P1000100Alors qu'à l'inverse, regardez un "gilet jaune". Le mec a voulu sa maison. Mais il n'avait pas beaucoup de sous. Du coup il est allé s'intaller loin de là où il bosse. Le mec a voulu avoir une vie qui ressemble à celle des autres, mais ce faisant il s'est exposé. Et maintenant le mec croit que la société lui doit quelque chose. Alors que -en le concevant- ce sont bien entendu Alain et Marie-Paule (ses parents) qui se sont rendus responsables de tout! Jusqu'à ce que lui-même décide à son tour de se reproduire, évidemment.

P1010175 - CopieÇa devait arriver.