Préambule. Le post à caractère sexuel qui suit a été conçu dans ma tête la nuit dernière en me réveillant vers 3h du matin. C'était super pour se rendormir.

Mes fantasmes sexuels ne présentent aucun caractère extraordinaire. Certes, pour faire bonne figure dans les dîners en ville il m'arrive de temps à autre de laisser entendre que j'ai un penchant pour les mises en scènes baroques et les uniformes d'officiers nazis (on disait que j'étais Heinrich Himmler et toi Primo Levi) et d'écolières japonaises, mais en fait non.
En réalité je m'en tiens à des projections postales (faute de procuration en bonne et due forme, remise à la femme de la lettre recommandée adressée au mari contre faveurs sexuelles, sortie de douche avec serviette de bain qui glisse et là tout s'enchaîne... que du banal), ou à des projections avec des femmes que je connais -plus ou moins- (et dont je ne révélerai pas l'identité ici... c'est délicat en famille). Mais ça reste toujours dans un cadre classique et les activités que j'imagine s'éloignent rarement de l'introduction d'un pénis dans des orifices (plus ou moins prévu à cet effet) avec quelques claques sur les fesses. No weird shit.

what's your fantasyEt la bifle vous me demandez? Pas d'opposition de principe, évidemment. Pour moi, c'est nettement plus une pratique récréative bon-enfant qu'un geste de soumission, et encore moins de violence. Eh, pour faire mal à une personne en la tapant avec sa bite, il faut vraiment avoir une bite en plomb. Franchement, il y a plus de risque de se faire mal à la bite que de blesser l'autre.