La dernière fois que je suis "tombé amoureux" (il y a quatre ans), je suis vraiment tombé amoureux de la personne. Je ne me suis jamais dit "tiens, avec elle il pourrait se passer ceci ou cela pouvant mener à ceci ou cela" (à savoir une vie commune ou un truc du genre). Pour le coup, je crois que c'est un des avantages de vieillir! Ou alors c'est juste moi. C'est parce que ça fait déjà quelques temps que j'ai arrêté les projets n'ayant pas de liens avec la retraite et/ou l'Ecosse.

Après, c'est peut-être aussi lié au fait que je suis tombé amoureux en cinq minutes (a.k.a. le coup de foudre). J'ai pris le truc en pleine face sans avoir le temps de projeter quoi que ce soit. C'était la première, et so far la seule fois.
D'ailleurs, je dis "amoureux", mais il n'est pas impossible que ce soit pour donner un côté romanesque et grandiloquent au sentiment. Je ne sais pas hein. J'adore cette personne, mais il n'y a rien de dramatique dans ma manière d'appréhender les choses. Ça peut être enflammé (notamment sous alcool), ça a pu être sexualisé au-delà du raisonnable (sous alcool ++), mais je ne crois pas que ça a ait jamais été dramatisé outre mesure (... une fois). Et précisément parce que je suis amoureux de la personne, et pas d'une situation fantasmée. La fille est exceptionnelle, ce qu'elle dit et ce qu'elle est résonne chez moi. C'était suffisant pour que j'appelle ce que je ressentais de l'amour. Sans "conditions".

love is the messageVous voyez, ça c'est pas du tout le genre de truc dans lequel je me suis projeté. 1/ parce que les asiatiques, leurs moeurs, ça ne me parle pas trop, et 2/ putain il n'y a pas de bières à ce pic-nic?! (et 3/ trop d'enfants)