La chose à laquelle je suis le plus attentif lorsque j'écris tout ce que j'écris, c'est de ne pas tomber simplement dans ce qu'on a tendance à appeler ces temps-ci le "décomplexé". Comme la droite "décomplexée", vous voyez. Car le plus souvent, qualifier de "décomplexé" un discours, c'est juste essayer de faire passer des idées de merde pour des idées tout aussi intelligentes que des idées effectivement intelligentes. Et les gens qui revendiquent de tenir de tels discours, au-delà de simplement revendiquer le droit de dire ce qu'ils pensent (et ce qu'ils veulent), entendent également faire valoir la valeur (... mouais) de leurs propos. Genre, Einstein il a dit qu'il faut envisager l'espace et le temps comme une sorte de matrice "espace-temps"? Et bah moi je dis que les migrants, bon, bah... Ils ont droit à tout hein. Et avec nos impôts! Et ça vaut bien ce que dit ce Einstein.

Alors évidemment, moi je ne suis pas raciste et je ne suis pas stupide. Donc je ne tiens pas ce genre de propos. Mais je passe tout de même toutes mes idées à travers ce filtre de "non-décomplexion". Il ne faut pas que je me dise simplement "ouais, j'ai le droit, je les emmerde tous". Il faut qu'il y ait un truc qui soit spécifique à moi. Par exemple, si je parle sexe, ce n'est intéressant (et drôle) que si je développe une réflexion via mon regard et mon statut de mec qui ne baise pas. Conséquence: je suis loin d'écrire tout ce qui me passe par la tête! Et même quand je me mets tout nu, je cherche un angle.

Ma démarche n'est donc pas de prendre le droit de raconter ce que je veux en demandant à ce que l'on considère cela comme particulièrement noble. Parce qu'en fait, je ne demande rien à personne.
Je crois que mon véritable moteur c'est de faire en sorte de ne pas prendre mon existence au sérieux, et d'essayer de montrer que cela n'a pas de conséquences graves. Et ce faisant il m'arrive de m'attaquer à la natalité, au "mérite", aux gens qui font leurs courses et aux macarons. Mais quelque part ce ne sont que des victimes collatérales virtuelles de mon projet de vie. No biggie.

how it works