Des fois, dans des conversations de tous les jours, je me sens comme un homosexuel (non reconnu et/ou déclaré comme tel publiquement) à une kermesse de la Manif Pour Tous. On me parle de trucs, je dis oui-oui de la tête timidement, ou je ne dis rien, et j'attends que ça passe. Parce que j'estime que ce n'est ni le moment ni l'endroit pour dire vraiment ce que je pense (à savoir que le devenir de l'espèce humaine ne me fait désormais ni chaud ni froid). Les attaques contre les libertés, le populisme, le réchauffement climatique, ouais, c'est vrai que c'est pas cool. Mais c'est le résultat de ce que font les gens. Depuis toujours. Et je n'y peux rien. Je fais juste en sorte (bien aidé par les femmes) de ne pas infliger ça à qui que ce soit.

Mais il se trouve qu'aux yeux de certains je suis un mec "concerné", et donc un mec sensible aux questions et problèmes sus-cités. Ce qui est vrai à la base. Il faut le reconnaître, je ne suis pas un de ces cons de rebelles en freelance. Mes réflexions et mon cheminement personnel m'ont juste mené à des conclusions dépassant la recherche de solutions. Et ça, tout le monde ne le sait évidemment pas.

Et je ne vous parle pas des gens qui me parlent "carrière" ou "projet professionnel"... Please. Moi qui regarde les annonces immobilières sur l'ile de Skye pour ma relocalisation à la retraite de dans 25 ans (sauf survenue d'ici là d'une grosse somme d'argent accélérant la migration vers le nord).

Scotland promisesNo questions asked. Sheeps are my homies.